fbpx

Les différentes catégories de limpers

limpersanstitre

Partager l'article

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur email

Identifier rapidement le thinking process et les mains que contient la range d’un limper est primordiale pour adapter ses décisions postflop. Toutes choses étant égales par ailleurs (main, texture du flop, profondeur, contexte), on adoptera différentes lignes selon la range que l’on a attribué à l’adversaire. Voici quelques exemples de catégories de joueurs qui vous aideront à mieux déterminer la ligne à suivre :

Catégorie 1 : “Monsieur flop pas cher”

Ce joueur est généralement large/passif ou large/agressif et va limper une sélection de mains qui mériterait plutôt d’être foldée. Il décidera en revanche de relancer les mains fortes ou moyennes plutôt que de les limper. Son but est de chercher à voir un “flop pas cher” quand il en a les moyens. On va le voir limper des mains du type A4o, K8o, Q7o, 74s, etc. tandis que des mains du type KJs, ATs, 88 seront plutôt relancées.

La conséquence immédiate, c’est que cette range de limp est faible et supporte mal l’agression. On obtiendra une fold equity raisonnable avec nos iso-raises ou nos shoves préflop. Un joueur de cette catégorie sera le plus souvent frileux quand il s’agit de payer un tapis ou un gros iso-raise et plus les mains qu’ils vont choisir seront nombreuses/faibles, plus la fold equity d’un iso-raise sera importante. 

Il est caractérisé par un fort VPIP, un PFR raisonnable et un fort écart entre les deux. Par exemple 60/25 ou 50/20. Rapidement repérer un limper de catégorie 1 doit être une priorité, le moindre showdown d’une main qu’il aurait limpé à son importance. 

Catégorie 2 : “Monsieur timide”

Ce joueur, tout autant voir encore plus courant sur les MTTs low stakes, va choisir de limper la majorité ou l’intégralité de sa range d’open et folder le reste. C’est à dire qu’il va rentrer dans des coups avec un éventail plus serré et plus fort, mais choisira de ne pas les relancer (le plus souvent en début de parole d’ailleurs). La range comprendra des mains du type 78s, 55, A5s, KTs ou des mains plus fortes du type ATs, 88, KJo quand il sera en début de position. Les mains les plus fortes de sa ranges (99+, AJ+) seront en revanche principalement relancées préflop. 

On le reconnait avec un VPIP relativement normal mais un PFR très faible (mais rarement nul) du type 25/5 ou 20/7. L’adaptation immédiate c’est que sa range de limp étant plus forte, il faut considérer un iso-raise comme un 3bet préflop, avec la fold equity qui va avec. L’adversaire ayant déjà sélectionné uniquement les mains qui lui plaisent, il sera plus réticent à fold sur une relance. On va privilégier une range en value contre ce type de joueur.

Catégorie 3 : “Monsieur trapman”

Ce joueur limp très peu, mais utilise certaines (ou toutes) de ses premium pour tendre des pièges à ses adversaire. En limpant une range très forte -le plus souvent en début de parole – il espère provoquer une relance d’isolation et contre-attaquer avec un 3bet. Les candidats privilégié sont d’abord AA et KK (environ 0.90% des mains), mais on peut y retrouver aussi des AK ou autre QQ ou JJ à certains moment. 

Ce profil étant un peu moins courant, il faut parfois un petit moment ou un showdown de confirmation pour pouvoir profiler ce joueur. Mais on peut toutefois être davantage suspicieux d’un joueur avec des statistiques “normales” et un taux de limp très faible. Typiquement, je me pose immédiatement des questions quand je vois un 25/18 avec 1% de limp qui call UTG et mes décisions qui vont suivre prendront compte de la possibilité de faire face à un trap. 

Catégorie 4 : “Le reg brouilleur de piste”

On considère souvent le limp comme l’apanage des joueurs récréatifs, en raison des inconvénients évidents du limp comparé à une stratégie de raise/fold, mais ça serait trop caricaturer d’oublier de préciser que ce move possède aussi un certain nombre d’avantages. Le principal sera de forcer d’autres regs à sortir de leur zone de confort et de complexifier notre range pour être plus difficile à lire. Un limp au bouton peut également permettre un “vol de blindes en deux fois” tout en investissant moins de jetons et en diminuant le ratio risk/reward des blindeurs.

Aussi, on peut tout à fait imaginer des stratégies plus complexes et gagnantes que certains regs utilisent, ont intégré à leur jeu et ont perfectionné. Un joueur compétent sera, par définition, non catégorisable et aura fait attention à ne pas avoir un ratio fold/non-fold trop important. Ils seront capable de repérer rapidement les iso-raises et abusif et de sévir avec des limp/3bet en bluff. Le mieux que l’on puisse faire contre un joueur utilisant cette stratégie, c’est essayer de repérer s’il existe des fréquences anormales à exploiter. Ca sera le cas si par exemple il a inconsciemment limpé trop de mains faibles qui devront fold face à un raise. A noter que dans cet article, on ne parlera pas du limp en small blinde, qui est une position à part et méritera un article entier plus tard.

Attention à ne pas trop catégoriser quand même !

Un joueur peut faire partie de plusieurs catégories en même temps, ou mixer entre plusieurs catégories, ou jouer en fonction de son humeur, de sa profondeur, de si la bulle est proche. Ce qu’il est important de noter pour conclure, c’est qu’on peut tout de même dégager un certain nombre de tendances et prendre des décisions basées sur ça. 

Plus d'articles

Techniques

Les différentes catégories de limpers

Identifier rapidement le thinking process et les mains que contient la range d’un limper est primordiale pour adapter ses décisions postflop. Toutes choses étant égales

Une réponse sur “Les différentes catégories de limpers”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *